Dictée francophone adulte :            23 mars 2019

En 2019, la dictée scolaire aura lieu le 22 mars 

et la dictée adulte, le 23 mars.

 

La Fédération France-Québec / francophonie vous propose de participer à cette manifestation originale, pérenne et ludique, qui a pour principal objectif de sensibiliser un large public à la richesse et à la diversité de la langue française.

Créée en 2001 à l’initiative de la Fédération France-Québec / francophonie, la Dictée francophone figure officiellement depuis 2004 au programme des activités mondiales de la Semaine de la langue française et de la Francophonie, qui a lieu à la fin du mois de mars.  Préparée annuellement par un spécialiste de la terminologie linguistique, la Dictée se décline en deux versions, l’une destinée au public scolaire, l’autre à un public adulte. Le texte fait appel à des expressions et à des termes du Québec, d’une région française et d’un autre pays de la francophonie.

Éditorial de Scott TILTON, parrain de la dictée francophone 2019

La Louisiane est née dans les Caraïbes et a grandi aux États-Unis.

De cette dualité originelle est née une culture unique, qui, loin d’être figée dans une histoire révolue, n’a eu de cesse de se réinventer au cours des trois derniers siècles. Notre patrimoine est riche d’influences multiples, qui s’incarnent aussi bien dans notre musique que dans notre cuisine, ou encore dans notre carnaval.

C’est bien le mélange enivrant du rythme caribéen, de la cadence du ragtimeet des ballades européennes qui a inspiré les musiciens créoles francophones à enfiler les premiers rythmes syncopés qui allaient devenir jazz, symbole d’émancipation et de modernité. Ce n’est par ailleurs pas par accident que la Louisiane accueille une culture culinaire parmi les plus vibrantes. Les racines de notre cuisine se sont assemblées très tôt. Dans une terre d’abondance, chaque culture a su ajouter à la marmite son propre style : les sauces de France, les assaisonnements des Caraïbes et les plats à base de riz d’Espagne. Enfin, notre Mardi Gras évoque la bacchanale d’une ville qui accepte en même temps deux pensées contradictoires : l’apparat de l’élite carnavalesque qui conserve une tradition avec des bals de carnaval, et la satire brûlante des défilés qui remettent en question les profondes inégalités de notre société.

Si notre culture s’affirme dans une certaine multiplicité, elle n’en trouve pas moins sa singularité dans la Francophonie. Et c’est bien dans cette assertion que réside tout le paradoxe de la Louisiane : si les langues française et créole ont été démantelées par négligence politique, tous les aspects de nos vies restent marqués par la Francophonie, d’un point de vue linguistique bien sûr, mais également patrimonial et culturel.

Aujourd’hui, être francophone n’est plus un anachronisme. Être francophone en Louisiane, c’est conjuguer notre présent et notre avenir.

L’accession de la Louisiane au titre de membre observateur de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), annoncée en octobre dernier à Erevan, le prouve plus que jamais. En offrant une reconnaissance aux 250 000 Francophones et Créolophones de notre Etat, notre adhésion constitue sans nul doute un tournant majeur dans notre histoire, qui ne doit pas être vu comme une fin en soi, mais bien comme le début d’une nouvelle étape. En permettant de réinventer le rôle du français et du créole comme vecteurs d’expression culturelle, il ne fait nul doute que cette nouvelle étape sera marquée par la force unique dont nous avons su tirer profit tout au long de notre histoire : celle de la diversité, qui, loin de nous séparer, nous rassemble aujourd’hui plus que jamais.